Le sentiment d’avoir pris la place de quelqu’un d’autre, d’avoir été choisie par erreur, de devoir banaliser les mérites reçus, voilà ce qui est revenu inlassablement dans ma vie jusqu’à récemment. Vous savez, la personne qui prétend toujours être passée à côté de ce qu’il fallait faire et qui croit ne pas avoir remis un travail assez professionnel alors que c’est tout le contraire? Et bien, cette personne, c’est moi! Depuis le début de l’année, j’ai cependant décidé de changer ma façon de penser et de dire non au syndrome de l’imposteur!

Un peu d’histoire
Le syndrome de l’imposteur est un terme qui a été inventé en 1978 par deux psychologues américaines, Pauline Clance et Suzanne Imes, et ce, après qu’elles aient observé certains de leurs meilleurs étudiants universitaires se considérer comme moins intelligents que les autres. Bref, des étudiants trop critiques vis-à-vis d’eux-mêmes!

Le sentiment d’imposture
La personne qui se croit impostrice cherche avant tout à ne pas être découverte, démasquée. Elle use alors de stratagèmes. Par exemple, elle peut trop en faire afin de justifier ses réussites par la charge de travail accompli plutôt que par son talent et ses compétences. Elle peut également procrastiner afin d’expliquer un possible échec ou, encore, prétendre réussir grâce à un coup de chance! Dans tous les cas, la personne atteinte de ce syndrome attribue ses réussites ou ses échecs à des éléments extérieurs – relations, chance, hasard, etc. – plutôt qu’à ses capacités.

Et moi, dans tout ça?
Est-ce à cause de ce syndrome que je suis retournée étudier à l’université? En partie. Je croyais que le diplôme me donnerait la légitimité de postuler pour des postes en communication malgré les connaissances que j’avais acquises de façon autodidacte. Par contre, je voulais élargir mon champ d’expertise – ce que j’ai fait en choisissant les relations publiques – et je ne le regretterai jamais. J’ai découvert un monde fabuleux vers lequel je ne me serais probablement jamais dirigé sans ce retour aux études. Et c’est quand même grâce à ce cheminement que j’ai réussi à me débarrasser en grande partie de ce vilain syndrome de l’imposteur : à force de réussir pas mal tout ce que j’entreprenais – cours, stages, bourses et concours –, j’ai fini par réaliser que j’y étais sûrement pour quelque chose! Mon mindset a changé peu à peu… si bien que j’ai commencé mon dernier stage en me sentant à ma place! Oui, oui! Et je dois avouer qu’on se sent bien quand on a l’impression d’être sur son X.

Si vous souffrez du syndrome de l’imposteur, vous faites déjà un grand pas en le nommant et en souhaitant vous en départir. Voici toutefois quelques astuces qui pourraient vous aider.

1. Créez un aide-mémoire

Tenir un journal – papier ou numérique – permet de noter nos réalisations, nos succès, nos compétences et nos qualités ainsi que les raisons qui ont poussé les gens à nous faire confiance et à nous confier un mandat. En cas de doute ou de sentiment d’imposture, cet aide-mémoire peut s’avérer très utile. Je ne tiens pas ce type de journal, mais je garde toujours à l’esprit mes réalisations et ce que je vaux.

2. Cessez de vouloir atteindre la perfection

Il faut changer sa façon de penser : personne n’est parfait et vous non plus! Vous ne pourrez jamais plaire à tout le monde. Il est normal de faire des erreurs, mais il suffit de toujours les changer en opportunités afin de s’améliorer et d’évoluer. Oui, il est possible et souhaitable de chercher des moyens de combler ses lacunes, mais toujours en respectant ses limites et en conservant un équilibre. Oh et n’oubliez pas! Il n’y a pas de mal à demander de l’aide! 😉

3. Pratiquez la gratitude

Lorsque vous recevrez un compliment pour un succès que vous aurez réalisé, dites simplement merci. Apprenez à accepter le mérite lorsqu’il vous revient, mais également à recevoir la critique. N’est-ce pas une belle occasion de pouvoir s’améliorer?

Souffrez-vous ou avez-vous déjà souffert du syndrome de l’imposteur?
Que mettez-vous en place pour vous sentir enfin sur votre X?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer